18/02/2017

Agression sauvage

La police confirme. Une agression, le vendredi 10 février à la sortie du bus 23. A l’arrêt Palettes, vers 15 h. Le jeune homme agressé par un individu a été emmené en ambulance à la permanence pour faire soigner ses blessures. Pour l’instant, pas d’interpellation.

Voilà ce que dit le rapport laconique de la police. Qui en a vu d’autres.

La réalité est plus cruelle: un garçon de 19 ans sera marqué à jamais par ce déferlement de violence gratuite et incompréhensible. Sa famille aussi.

Ce vendredi-là, le jeune homme se trouve dans le bus 23 entre Cointrin et Lancy. Il n’a pas les yeux sur son écran, comme presque tous les passagers, mais regarde le paysage par la fenêtre.

Il n’aurait peut-être pas dû. Car un individu basané, un peu plus âgé que lui, l’interpelle alors rudement. «Pourquoi tu me regardes?»

Sa future victime lui répond qu’il n’en est rien. «Je regarde juste dehors.» Pour ne pas risquer d’ennuis, le garçon se détourne pour voir ailleurs ce qui se passe. Puis il descend du bus, à l’arrêt Palettes. Suivi, hélas, par celui qui cherche la bagarre.

L’agresseur jette violemment à terre celui dont la tête ne lui revient pas et lui balance des coups de pied sur le crâne. Ailleurs également. Il s’acharne sur lui.

L’arrivée inespérée de deux dames le fera quitter les lieux en vitesse. Merci à elles, à leur présence bienveillante, aux mouchoirs qu’elles ont sortis, à la police qu’elles ont appelée en renfort.

La suite? L’ambulance, la permanence, puis l’hôpital: de nombreux points de souture au visage, derrière, sur, dans l’oreille. Et mal partout!

Plainte a été donc déposée. Pour l’heure, l’agresseur court toujours et la victime panse ses plaies. Pendant combien de temps encore?

07:04 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Point de souture ??? Vous vouliez parler de suture, j'imagine ;-) ?

Écrit par : Sonia | 18/02/2017

"Car un individu basané" On attend avec intérêt les réactions de la police des moeurs journalistiques suite à l'utilisation du qualificatif "basané". Vous en faites pas, M'ame Julie, ils ont grande gueule mais ils réalisent aussi que leurs boutiques ferment les unes après les autres...L'Hebdo, bientôt le Temps...

Écrit par : Géo | 18/02/2017

Merci à monsieur maudet et à la politique suisse en général qui fait tout pour ne pas respecter le vote du peuple un certain 9 février.

Écrit par : Charles | 18/02/2017

Un individu basané? Surement un valaisan. Ou alors un mexicain, il portait pas un sombrero des fois? Geneve devrait peut-etre aussi se bricoler un mur contre les immigrants mexicains. Quand je vivais a Geneve, je me suis fait une fois accrocher par des basanés camés jusqu`au chignon dans le parc des Anglais. Je rentrais du boulot aux alentours de minuit. Heureusement j`avais de bonnes basquettes. Mais en plein jour, c`est quoi ce ch`ni? Geneve n`est plus ce que c`était debleudebleuuu!

Écrit par : jean jarogh | 18/02/2017

Un bon truc pour toutes celles et ceux qui ont maille a partir avec un "agresseur sauvage": c`est le meilleur moment pour updater votre record du cent metres. Sinon, pour les mecs, au cas ou le zozo vous barre le chemin du salut et qu`il n`a pas de couteau a la main, hop, vous vous accrochez a lui comme a votre tante a héritage et en meme temps vous lui faites un croche-pied en vache par derriere. Vous tomberez avec lui mais, comme vous aurez l`avantage de la surprise (et que vous serez dessus), vous pourrez vous relever le premier pour prendre la poudre d`escampette. N`essayez pas de lui filer un coup de tatane dans les dents avant de filer car avec un bon avocat bien pourri c`est vous qui risquez d`etre condamné. Pour les dames, je leur conseille d`avoir toujours un sac a main bien lesté ou un parapluie bien mastoc (genre banquier londonien) que vous balancerez avec beaucoup de tendresse dans la gueule du quidam (pour les dames, le tribunal est plus indulgent) avec un cordial coup d`escarpin dans l`entresol si vous n`avez pas trop d`arthrose dans les genoux. Ensuite sauvez-vous vite en criant fort "au violeur!". Maintenant, dans le cas ou le sauvage agresseur est une sauvageonne et que vous etes un pauvre couillu comme moi (je n`ai pas dit couillon), je ne peux rien pour vous, vous etes foutu mon vieux.

Écrit par : jean jarogh | 19/02/2017

Si ça avait été un "basané" que s'était fait tabasser par un G'nevois, vous pouvez être surs que ça aurait fait la Une de plusieurs journaux. Tandis que là, ce n'est qu'un banal fait divers....

On retiendra qu'il faut éviter de regarder qui que ce soit, ni de travers ni de face. On s'évitera bien des ennuis.

Écrit par : Bernie | 19/02/2017

Les commentaires sont fermés.