28/02/2017

L'éveil aux oiseaux

Ces derniers matins, le réveil a changé.

Il y a désormais quelque chose de gai et de vibrant dans l’air. D’un peu effronté aussi, tant ça fuse librement sous nos fenêtres.

Ah, le chant des oiseaux… Ces vocalises qui résonnent dès potron-minet nous donnent souvent de l’allant. Autant s’en régaler!

Les meilleurs chanteurs se classent parmi les passereaux. Ils se manifestent cette année avec une bonne semaine d’avance, assure Patrick Jacot, du centre ornithologique de Genthod.

Le premier à se faire entendre dans le concert des brumes matinales est le rouge-gorge, que les oreilles averties reconnaissent à sa suite de notes hautes sifflées et roulées. Ce petit rondouillard est rejoint par le merle noir, l’une des plus belles voix qui soit, avec ses roulades et ses vocalises très affirmées.

Dans cette chorale printanière se distinguent les sons de la mésange charbonnière et la mésange bleue, qui zinzinulent, tandis que le pouillot véloce scande son «tchif tchaf» qui lui vaut son surnom de «compteur d’écus». La ritournelle du pinson des arbres a déjà été entendue dans les airs genevois, ce qui est précoce pour la saison. Suivra sous peu le léger roucoulement des tourterelles turques.

Ce grand chœur aérien sera bientôt complété par les voix des oiseaux migrateurs. Ces derniers sont en route. Un milan noir a d’ailleurs été vu au-dessus du canton. Mais on n’a pas entendu son cri. Faut-il le regretter? On parle à son sujet de sifflement tremblé, voire de trémolos gémissants… Il est vrai que c’est un rapace!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.