01/03/2017

Pollutions sonores

Pitié, qu’on fasse taire tous ces parleurs compulsifs qui nous prennent la tête, alors qu’on ne leur a rien demandé!

Il n’est bientôt plus un lieu public où la vie privée de parfaits inconnus ne se déverse à flot continu dans nos pauvres esgourdes. Comment s’en protéger, sinon en les bouchant à longueur de journée. A l’usage, c’est peu pratique…

On a déjà tout entendu dans les transports publics, du côté des conversations téléphoniques à voix unique: la liste des commissions à faire, l’avancée de la chimiothérapie de la cousine, le rendez-vous raté, les déboires bancaires du mari, les conflits au boulot, la description du nouveau chéri et j’en oublie. Rien ne nous est épargné.

Et lorsqu’on se planque au bistrot pour avaler tranquille un petit café, une autre menace nous guette désormais: des clients y installent leur bureau pour faire leurs consultations à distance face à leur ordinateur, l’oreillette en coin.

Pratique pour eux: ça leur évite la location d’un pied à terre professionnel. Mais bonjour la confidentialité des échanges. L’autre jour, une thérapeute très volubile déversait ses bons conseils de vie à une patiente invisible. J’ai pas tout compris, mais je n’ai pas payé la séance. Au secours…

Comme si cela n’était pas assez, il y a encore ce magasin d’électroménager de la place adepte de la transparence totale. Un gérant remontait ainsi les bretelles à un jeune employé en rédigeant son rapport de stage quasi sous le nez d’une cliente. Vous n’êtes pas assez ci, trop ça. Et puis vous devez être plus souriant avec la clientèle.

Mais la clientèle veut surtout la paix des ménages! Ou la paix tout court…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

L`autre jour que j`étais allé a confesse comme chaque fois que je traverse en-dehors des clous, j`étais en train de déballer la noirceur infinie de mon ame au technicien en absolution sensé ne pas en perdre une miette quand j`entends tout a coup la sonnerie de son portable derriere la grille du confessionnal piailler les notes de "Material Girl"... Le temps que le saint homme coupe la chique a Madonna et murmure un "continuez mon fils" meme pas embarrassé, j`avais completement perdu le fil de mes péchés. Quel époque opaque debleudebleuuu!

Écrit par : jean jarogh | 01/03/2017

"Rien ne nous est épargné" ... vous avez mille fois raisons Chère Julie :-)

Tout y passe hélas ...

Un matin d'août 2016, sur une terrasse en face du lac dans une ville de la Côte, j'aurais pu prendre en sténo un PV d'une conversation entre un Conseiller Municipal et son interlocuteur : le premier posant beaucoup de questions, j'ai très vite compris le sujet et surtout qu'il n'y connaissait rien !!!

Écrit par : Marie | 01/03/2017

"j'aurais pu prendre en sténo un PV d'une conversation" Eh ben, vous avez encore une bonne ouïe pour votre âge. Vous au moins ne devriez pas vous plaindre, ou alors vous pourriez baisser votre sonotone...
La sténo, geeeezes. Vous devriez vous annoncer au service d'archéologie humaine de l'Université genevoise...ou alors la paléontologie ?

Écrit par : Géo | 01/03/2017

@ Géo : j'ai une excellente ouïe n'en vous déplaise et sans appareil auditif !

Oui je pratique encore la sténo et alors cela vous gêne-t-il ?

Les conseils font surtout plaisir à ceux qui les donnent !

Écrit par : Marie | 01/03/2017

Pourquoi cela me gênerait-il ? Et je ne vous donne pas de conseil...
Mon commentaire est simplement très irrespectueux : mieux vaut alors se demander s'il faut le prendre au 1er degré...
J'ai toujours eu de grandes difficultés à prendre des notes et je me suis toujours dit que je devrais apprendre la sténo, d'ailleurs. Mais ce n'est plus mon problème aujourd'hui...

Écrit par : Géo | 02/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.