04/03/2017

Le sac à chocolat

Il ne s’est pas volatilisé, ce sac Eastpak! Pourtant, il est introuvable, ce qui rend son jeune propriétaire inconsolable.

D’où cet appel lancé par Helena et que je relaie ici, une fois n’est pas coutume. Cette dame a reçu dimanche dernier un groupe d’élèves d’une école secondaire de sa ville d’origine de Peñafiel, au Portugal.

Ces jeunes sont venus passer quatre jours dans notre cité dans le cadre de leur voyage d’études. La Genevoise d’adoption leur a fait visiter tout ce qui est de nature à intéresser ces garçons et filles, le CERN, quelques musées, la vieille ville et autres lieux touristiques.

Les étudiants ont été ravis de ce qu’ils ont vu et vécu au bout du lac. Toute bonne chose ayant une fin, ces jeunes Portugais ont pris le chemin du retour mercredi en fin d’après-midi.

En arrivant à l’aéroport, un élève s’est rendu compte qu’il avait oublié son sac à dos dans le bus 10. Avec, à l’intérieur, une écharpe noire, un téléphone et des chocolats qu’il avait achetés pour ses grands-parents. Avec ses petits sous. Oui je sais, cela va vous faire fondre…

Pour le retrouver, Helena a contacté le service ad hoc des TPG, le bureau des objets trouvés et lancé des appels sur Facebook. Mais rien. Toujours rien.

Est-ce que la Julie fera mieux? A voir! A l’heure où les réseaux sociaux font la pluie et le beau temps, ça me ravirait de pouvoir remettre la main sur ce sac à dos et son contenant grâce à ce billet!

A défaut de retrouver l’original, on pourrait aussi remettre à Helena quelques chocolats à envoyer au garçon de Peñafiel, en souvenir de son voyage d’études en terres genevoises…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Ah ces chocolats enrobés de sac-a-dos qui disparaissent sans laisser de trace des qu`on les perd de vue trois minutes... La Suisse n`est plus ce que c`était. Puisque le portable était dans le sac, pourquoi ne pas essayer de l`appeler?

Écrit par : jean jarogh | 04/03/2017

A la lecture de ce billet et bien je souhaiterai lui envoyer quelques chocolats. J'ai vécu hier une petite aventure similaire dans un registre qui manquait un peu d'humanité. Des gestes si simples sont aujourd'hui étonnants. Quelle drôle d'époque !
Ps ma petite histoire incroyable : je travaille sur Genève, dans l'humanitaire et les RP et sur France dans un hôtel. Nous avons rencontré une réceptionniste pour l'embaucher fin mars. Jeune femme qui vient d'Athènes et venue faire la saison à Chamonix dans un hôtel. Conditions naturellement extrêmement difficiles pour elle depuis novembre dernier, elle décide de donner sa démission pour mi-mars. A l'annonce de ceci, le directeur (qui lui avait mis à disposition une chambre de 6m2 pour la saison), décide de la faire partir immédiatement en mettant à ses côtés une colocataire qui reprendra son poste. Sans voiture, avec toute sa vie dans sa chambre, elle est arrivée hier en bus. Elle avait loué pour quelques jours une chambre sordide sur Annecy. Elle n'avait pas fermé l'œil de la nuit et s'est présentée à nous terriblement abattue après avoir vécue cette mise à la porte. Comment de simples gestes peuvent redonner le sourire et comment l'absence de certaines paroles ou comportements peuvent décevoir. Bon c'est tout Julie, merci de me dire à quelle adresse je fais un petit paquet de chocolat Suisse pour garder dans le cœur l'image d'un voyage d'études agréable et convivial. Belle journée à vous. Marie-Laurence

Écrit par : Lupo-tardivel | 05/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.