04/03/2017

Post tenebras lux

Post tenebras lux, telle est la devise de notre bonne vieille République.

Après les ténèbres la lumière, donc. Eh bien on aimerait la voir un peu plus souvent allumée…

Alors que la Ville de Genève s’offre régulièrement un festival de lumières au tournant de l’année, alors qu’elle soigne les éclairages sur les quais ou sur différents bâtiments publics d’importance, elle laisse dans un état second un lieu qui pourtant grouille de vie.

Je pense au passage de Montbrillant, situé entre l’Hôtel Cornavin et la gare.

Un espace glauque où se croisent et s’évitent, dans l’improvisation totale, les trams et les bus avec leurs mouvements de passagers, les vélos et les piétons qui zigzaguent au milieu, le tout baignant dans un éclairage désespérant.

Ce sombre passage sous voies voit défiler chaque jour des milliers de personnes qui méritent mieux que ça. Pas seulement pour leur confort visuel, mais aussi pour leur sécurité.

Alors? Paraît que ça va changer!

J’ai appris qu’une demande de crédit allait être déposée sous peu au Conseil municipal pour refaire l’éclairage des lieux. Le projet de John Armleder est d’ailleurs visible jusqu’au 12 mars dans l’exposition «art & tram», au pont de la Machine. S’il se réalise, le passage en question deviendra presque solaire avec sa peinture dorée et ses anneaux de néons. Gare aux yeux!

En parallèle, des études sont lancées pour améliorer la fluidité de la circulation. En agrandissant notamment les trottoirs, ce qui ne serait pas un luxe.

Mais attention, nous sommes tout de même à Genève: ne pas se réjouir trop vite! Compter au moins une année, et encore, avant que la lumière soit…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.