07/03/2017

Carnaval, où es-tu?

Tout est question de tradition, et les dates de ces réjouissances ne tombent jamais du ciel. Enfin presque.

Le Carnaval de Lucerne commence chaque jeudi gras. Cette année, c’est chose faite depuis près d’un mois et ses Guggenmusik, comme ses habitants, s’en remettent tranquillement.

Les Brandons de Payerne boutent le feu à la cité broyarde 40 jours avant Pâques, et cela depuis plus de cent ans. Les festivités se sont achevées hier soir par la tournée des Chineuses dans les bistrots de la ville. Ambiance assurée!

Le Carnaval de Bâle débute quant à lui chaque lundi suivant le mercredi des Cendres. Le célèbre Morgenstreich, c’était donc hier, à 4 heures du matin. Les cliques de fifres et tambours, avec leurs lanternes, ont ainsi lancé 72 heures de fête populaire. Ces trois jours sont, dit-on, les plus beaux de la vie bâloise.

Et Genève dans tout ça? Eh bien, elle est à la traîne. La fièvre carnavalesque peine à prendre au bout du lac. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. Faut croire que les Genevois ont d’autres occasions de se lâcher.

Il est toutefois un petit Carnaval qui résiste, celui des Bains des Pâquis. Il a lieu selon un calendrier propre à ses organisateurs, et sa 6e édition est prévue le samedi 11 mars.

Après un départ en cortège de la place de la Navigation, l’arrivée sur la jetée se fera vers 16 h. Diverses manifestations suivront jusqu’à la nuit, défilé costumé sur le thème «récupération et recyclage», musique, bal et feu d’artifice. Plus un plouf dans un jacuzzi géant chauffé au feu de bois.

Car on se mouille, aux Pâquis, pour le Carnaval!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Sauf erreur de ma part, le carnaval est une tradition catholique, et Genève étant protestante, ceci explique cela...

Écrit par : Sonia | 07/03/2017

Le jour suivant l`Escalade est déja une sorte de carnaval pour les étudiants. Ce serait peut-etre la peine d`en faire un vrai grand carnaval d`hiver, maniere de continuer sur un ton plus léger la commémoration historique de l`Escalade. En cette période, il y a pas mal de touristes qui passent par Geneve pour aller dans les stations et un chouette Carnaval de Geneve en décembre, combiné avec le défilé de l`Escalade, serait une attraction internationale, comme celui de Venise en février.

Écrit par : jean jarogh | 07/03/2017

Bonjour Julie,
Je ne peux que vous répéter ce que je vous disais déjà l'an dernier : Carnaval est une fête catholique. Genève est historiquement un canton protestant.
Donc, les Cendres, le Carême, le Mardi gras et... le carnaval, ça n'est pas pour Genève. Qui se venge avec l'Escalade. :-)

Écrit par : Raymonde Nonna-Sunier | 07/03/2017

Certes, mais Bâle est un canton protestant, ou je me trompe? Comme Payerne, dans la Broye vaudoise, est aussi de tradition reformée .

Écrit par : Julie | 07/03/2017

"Le mot carnaval apparaît sous cette forme en français en 1549 pour exprimer le sens de fête donnée pendant la période du carnaval." dixit Wikipédia. De plus, ce n`est pas particulierement au catholicisme qu`est associé le carnaval mais a la chrétienté en général. La Geneve actuelle est de toute facon autant catholique que protestante. Geneve compte trop sur les Fetes et leurs feux d`artifesse qui attirent de moins en moins les touristes, or ce que le tourisme n`apporte pas au canton les habitants doivent le compenser par leurs impots s`ils veulent conserver la qualité de vie propre au canton. Avec de l`imagination Geneve pourrait organiser chaque hiver un carnaval formidable et meme y associer les nouvelles technologies telle que la réalité virtuelle sous formes de spectacles plein air hologrammes, d`autant que le canton projette de devenir une sorte de Silicon Valley européenne. Imaginer, oser, réaliser, ca pourrait etre la nouvelle devise de Geneve et pas seulement dans le domaine du tourisme et des festivités.

Écrit par : jean jarogh | 07/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.