09/03/2017

La Mecque des autos

En matière de bouchons, les Genevois en connaissent un rayon.

Paraît que les automobilistes du bout du lac sont les grands champions suisses de l’embouteillage. Sur route… Selon les données de 2016, ils ont été bloqués en moyenne 38 minutes par jour dans la circulation, soit 146 heures durant l’année écoulée.

C’est beaucoup, ou je me trompe?

Les Zurichois, pour une fois, arrivent derrière nous dans le classement des pires bouchons dans le monde, avec 33 minutes de retenue, représentant 127 heures accumulées en une année.

J’ai pas vraiment compris la méthode utilisée pour parvenir à ces résultats basés sur les données GPS des navigateurs. Mais ils sont bien pratiques pour estimer le temps perdu au volant. En temps normal.

Car aujourd’hui, on entre dans l’exceptionnel: Genève devient la Mecque des amateurs d’automobiles! C’est pas moi qui l’affirme, mais le TCS.

D’où cette légitime interrogation: sachant que les conducteurs de voiture sont déjà bloqués 38 minutes par jour dans les bouchons genevois, à combien vont se monter les temps d’attente en ces jours de grand pèlerinage à Palexpo?

Mais t’y comprends rien, Julie: 38 minutes, c’est une moyenne qui tient compte des bouchons du Salon de l’auto. Des clous…

Depuis le début de la semaine, la circulation est déjà devenue difficile, même en deux roues. Alors à quatre roues, bonjour les dégâts!

Donc «GE-PATIENTE», comme dit la campagne incitant au respect au volant. Et avec le sourire, bien sûr!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Grand`messe annuelle avec foules de pélerins venus de loin adorer leur divinité en s`écrasant mutuellement les nougats pendant des heures, une lueur inquiétante dans le regard et les neurones en érection. Ils (peu de femmes, pas si betes) sont tellement extasiés que certain petits malins en profitent pour leur fourguer a prix d`or des sandouiches désincarnés qui ne rassasieraient pas une fourmi anorexique. On pourrait mesurer la misere spirituelle humaine a l`aune du niveau de fréquentation de ce grand bazar. Vivement l`ere post-bagnole.

Écrit par : jean jarogh | 09/03/2017

Sous le règne de la peu regrettée Künzler, on faisait régulièrement référence à la fluidité du trafic à Zürich.
Elle eut été bien inspirée de visiter notre capitale économique pour comprendre à quel point la politique de dissuasion des Verts est calamiteuse.
A ZH, il n'y a pas de site propre pour les nombreux trams, sauf en approche d'arrêt. Partout ailleurs, le site est délimité par des lignes interrompues qui permettent aux automobilistes non seulement de rejoindre des petites transversales, depuis longtemps condamnées chez nous (Mazbou et Dizerens à la rue de Carouge), mais aussi de tourner sur route.
CQFD

Écrit par : Pierre Jenni | 09/03/2017

Vivement l'ère post-bagnole, Jean ?
Pas tout à fait d'accord.
Rappelez-vous la jouissance que vous avez éprouvée lorsque, à 18 ans, vous avez pu obtenir pour un prix ridicule une caisse d'occase qui vous donnait une liberté de mobilité proche du rêve.
Pensez aux merveilles de la technologie et de l'évolution qui permet aujourd'hui déjà de mettre à disposition des véhicules silencieux et non polluants.
L'après bagnole pourrait bien être les drones personnels qui noirciront le ciel.
A moins que les Verts nuisants obtiennent l'obligation faite à tous de ne se déplacer qu'en transports publics enterrés.

Écrit par : Pierre Jenni | 09/03/2017

Transports publics, c`est le mot-cé, monsieur Jenni. Haro sur l`absurdité consistant a batir toute une civilisation (urbanisme-fourmiliere, routes destructrices de nature, guerres du pétrole et j`en passe) autour de ces millions de tas de ferraille de plusieurs tonnes se déplacant presque toujours avec un seul quidam a bord et pour l`achat/entretien desquels ledit quidam dépense souvent plus que pour ses enfants. Grand jouet toxique pour adultes infantiles ne sachant trop ou fourrer leurs égos. Premier pas vers la suppression de la bagnole: grtauité des transports publics, le reste viendra par la suite.

Écrit par : Jean Jarogh | 09/03/2017

Il y a un aspect religieux au Salon de l'auto : les gens vont admirer des monstres inaccessibles : Ferrari 812, Porsche Panamera, etc, etc...
800 chevaux, la Ferrari. Cela ne doit pas être facile à maîtriser sur les routes ordinaires...et rouler en sous-régime n'est pas bon pour la santé.

Écrit par : Géo | 09/03/2017

Je ne vais plus au salon de l'auto depuis que les fabricants ne nous donnent plus de "pins". J'avais 12 ans, c'était au Boulevard Carl-Vogt.

Écrit par : Pierre Jenni | 09/03/2017

"Je ne vais plus au salon de l'auto depuis que les fabricants ne nous donnent plus de pins. J'avais 12 ans, c'était au Boulevard Carl-Vogt." C`est tout pareil pour moi, je devais aussi avoir 12-13 ans :))

Écrit par : jean jarogh | 09/03/2017

Les commentaires sont fermés.