14/03/2017

Langage épicène

Le langage épicène divise, et c’est peu dire! Il y a des rédacteurs-trices qui en font trop, quitte à malmener la langue française, et d’autres qui n’en font pas assez, quitte à énerver les femmes.

Difficile donc de trouver le juste milieu pour être politiquement correct et agréable à lire en utilisant ce langage non sexiste.

Un ardent défenseur de la langue de Molière s’est ainsi plu à relever un jour les incorrections orthographiques, syntaxiques et terminologiques parues dans les publications officielles de la Ville de Genève qui lui font si mal aux yeux. Et ailleurs…

Sa liste est longue et le sujet trop complexe pour être résumé ici. Disons juste que le courrier qu’il a adressé en ce sens aux autorités n’a pas semblé les émouvoir, elles qui usent et abusent de ces formules à rallonges ou tirets.

Or curieusement, rien de tout cela dans le nouveau bâtiment des lits des HUG Gustave Julliard, ce «vaisseau amiral de la santé genevoise.»

Lors de la journée portes ouvertes, une visiteuse a été surprise de lire sur tous les panneaux explicatifs les noms des professions déclinés exclusivement au masculin. Travaillent ainsi en ce lieu des médecins et des infirmiers.

Seul le poste accueil est féminisé, où l’on annonce des «hôtesses» avec les guillemets de circonstance. Le terme «hôtes» aurait été cocasse, encore que «réceptionnistes» eût mieux convenu, car fonctionnant pour les deux genres.

Pour le reste, on sait que la plupart des infirmiers sont des infirmières, et que les doctoresses ne font pas de la figuration dans les couloirs. Il aurait été bienvenu d’en tenir compte…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Sexiste, la langue francaise? Ainsi, quand il y a des sujets ou objets masculins et féminins dans la phrase, la terminaison du verbe les concernant est au masculin ("La rose et le narcisse sont mis dans le vase"). Serait peut-etre temps de démachiser tout ca, apres tout il y a cinq femmes a l`Académie Francaise...

Écrit par : jean jarogh | 14/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.