21/03/2017

Un jour sur deux

Vous savez la dernière?

A partir d’aujourd’hui, je vais sortir un jour sur deux. Dans le journal, bien sûr! Ou sur ce blog. Autrement, n’ayez crainte, je prends toujours l’air au quotidien, c’est recommandé par la Faculté.

A partir d’aujourd’hui, disais-je, ce sera un jour avec, un jour sans notre rendez-vous habituel autour d’un petit café bien serré. Et ce rituel va un peu me manquer. C’est ainsi, je suis une grande sentimentale.

Mais bon, quand les temps changent, il faut bien se serrer les coudes, dans la vie comme dans les pages de la Julie. C’est pourquoi je troque ma longue colonne contre ce joli carré frais où vous me découvrez présentement. Plus près encore de toi, Herrmann, quelle chance! Je partagerai cet espace avec une nouvelle chronique intitulée «Il y a 50 ans dans la Tribune.»

Nous allons donc faire une maille à l’endroit, une maille à l’envers, et ainsi de suite, pour vous tricoter un ensemble varié. On verra si Genève, c’était mieux avant, comme dit le slogan. Ou pas.

Peut-être arriverons-nous à savoir si les habitants du bout du lac rouspètent, s’émeuvent, se querellent ou rigolent pareil hier et aujourd’hui.

Aujourd’hui?

Oui, Julie, il est temps de revenir sur terre. De regarder ce qui se trame là, sous tes yeux. Tandis que tu ralentis drôlement le rythme, il en est une qui turbine à une cadence d’enfer, sans rien dire: dame Nature met ces jours les bouchées doubles, voire triples pour être fin prête.

Les bourgeons des arbres explosent, les fleurs des pruniers embaument, les insectes sortent de leur réserve, la sève monte.

Aujourd’hui, le printemps est arrivé! C’est pas une bonne nouvelle?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

En se faisant plus rare, la Julie sera encore plus attendue. Par les vrais g`neuvois, en tout cas, debleudebleu. Avis a la Direction et sans char, la Julie et le Hermann sont l`ame de la Tribune et un journal sans ame, c`est comme un printemps sans chlorophyle. Qu`on se le dise!

Écrit par : jean jarogh | 21/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.