23/03/2017

Toujours fraîche et dispose

Suffit d’ouvrir le robinet. Et elle arrive. Toujours fraîche et dispose!

Elle se glisse aussi bien dans nos gosiers que dans les tuyaux de douche ou d’arrosage. Elle se consomme les yeux fermés, tant elle est réglo. Elle? L’Eau de Genève, bien sûr!

Oui je sais, c’était hier, la journée internationale de l’eau. Mais bon, j’étais pas là, alors on ne va pas chipoter. Car même si on lui fait la fête une seule fois par an, elle nous est vitale au quotidien, et on n’est pas à un jour près pour lui rendre hommage.

Quand on vit, comme nous, sur des immenses stocks d’or bleu, on ne se rend plus bien compte de la chance qu’on a de posséder pareille richesse. L’eau potable qui coule du robinet provient à 80% du grand réservoir qu’est le lac Léman, et pour le reste de nappes phréatiques.

Et puis ce trésor naturel est géré par une entreprise de service public. Pas de risque de voir ainsi ce précieux liquide faire l’objet de trafic ou de spéculation, comme c’est le cas dans de trop nombreux pays.

Notre eau est donc entre de bonnes mains et on peut la boire jusqu’à plus soif sans craindre pour sa santé ou sans avoir à se ruiner. Nous sommes d’ailleurs toujours plus nombreux à consommer régulièrement cette denrée alimentaire de première nécessité.

Rassurez-vous, je ne touche pas de pots-de-vin des SIG pour vanter l’Eau de Genève!  

Simplement, à l’heure où beaucoup de ménages peinent à joindre les deux bouts, il faudrait se rappeler que notre bonne eau potable est 100 à 500 fois moins chère qu’une eau en bouteille. Une info que je tiens de bonne source!

Une famille de quatre personnes économiserait ainsi de 400 à 2000 francs par an en renonçant à acheter de la flotte sous plastique et en utilisant l’eau du robinet. Celle qui est toujours fraîche et dispose...

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Mise en bouteille, la "Geneva Lake Water" pourrait faire un carton dans des pays comme le Japon, la Chine ou les pétro-royaumes dans lesquels la Suisse et Geneve ont une image de marque stratosphérique. Avec les sous ainsi récoltés, Geneve pourrait davantage encore développer le tourisme créateur d`emplois ou bien doter la recherche scientifique genevoise.

Écrit par : jean jarogh | 23/03/2017

Les commentaires sont fermés.