25/03/2017

Les pendules à l'heure

Genève cultive depuis des siècles tout ce qui permet de mesurer le temps avec précision, complications et raffinement. Aujourd’hui encore, le canton est top chrono: à Plan-les-Watch, de grandes manufactures de montres de luxe poussent en rang d’oignons sur les terres maraîchères…

Nous sommes ici à la pointe de l’industrie horlogère suisse, au cœur d’un savoir-faire extraordinaire qui fait vivre toute une région.

On pourrait donc penser que ses habitants, familiarisés aux «tic-tac» dès leur prime enfance, soient à l’aise avec leur tocante. Que rien ne leur échappe dans le comptage du temps qui passe.

Or en cette fin de semaine, le passage annoncé à l’heure d’été va en déboussoler plus d’un. Dimanche, en sortant des plumes à pas d’heure, la question sera sur presque toutes les lèvres barbouillées de sommeil.

Euh, au fait, on avance ou on recule les aiguilles de la montre? Je perds ou je gagne une heure?

C’est toujours le même dilemme. Et dure depuis 36 ans déjà! C’est extraordinaire, cette résistance au changement de soixante petites minutes dans sa vie. A croire que les gens ne l’ont pas encore digéré. Et encore moins assimilé. Tout ça parce que notre horloge biologique serait ainsi bidouillée.

Des études disent qu’il faut compter une vingtaine de jours pour que notre corps retrouve ses marques après un tel changement. Peut-être.

Mais que sont finalement ces petits troubles passagers par rapport au plaisir que nous apporte l’heure d’été? Ces fins de journée qui s’étirent et la nuit qui se couche toujours plus tard…

Au fait, j’allais oublier le principal: dimanche, on avance sa montre, donc, et on perd une heure de sommeil. Tant pis, on se rattrapera en octobre. Il sera alors  à nouveau temps de remettre les pendules à l’heure!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

"Tout ça parce que notre horloge biologique serait ainsi bidouillée." Pas seulement la biologique, la physique aussi. Celle qui, si votre perception n'était pas perturbée deux fois par an, vous permettrait de non seulement savoir l'heure sans montre mais de faire des découvertes et des réflexions intéressantes sur le soleil, la durée du jour et toutes ces choses.

Écrit par : Géo | 25/03/2017

Sale affaire pour ma vieille horloge cassée que le changement d`heure car désormais elle n`arrive meme plus a donner l`heure exacte (au mille milliardieme de seconde siouplait!) deux fois par jour.

Écrit par : jean jarogh | 26/03/2017

Chère Julie, je ne sais pas quel est votre horaire de travail, mais personnellement, les longues soirées d'été, ça m'ennuie plutôt; je dois me lever, donc me coucher tôt, et au passage à l'heure d'été, il fait à nouveau sombre le matin quand je sors pour aller travailler, et il est plus difficile d'aller se coucher à une heure raisonnable (pour avoir suffisamment de temps de sommeil) lorsqu'il fait encore jour si tard. Je suis certaine que je ne suis pas seule dans mon cas.

Écrit par : Alena Hochmann | 26/03/2017

En fait, avec le recul, on peut comprendre cette mesure comme une énième démonstration de la prise de pouvoir des gens qui se veulent déconnectés de la nature, que l'on désignera par "urbains", sur ceux qui veulent vivre en harmonie avec, les gens des campagnes. Après la défense extrémiste du loup, la lex Weber, la LAT et la dysneylandisation du pays en général...

Écrit par : Géo | 28/03/2017

Les commentaires sont fermés.