28/03/2017

Le printemps de la poésie

Il y a comme ça des êtres qui éprouvent le besoin viscéral d’exprimer ce qu’ils ont en tête et de le faire savoir loin à la ronde. Mais vu que personne ne leur tend le micro pour demander leur avis, ils se débrouillent tout seuls. Ils utilisent alors les murs des villes pour y déverser le fond de leurs pensées.

Des pensées assez sombres, ma foi, tracées au spray, à la va vite, la rage au ventre. Elles peuvent se limiter à de simples obscénités, crachées à la face des passants qui n’y peuvent rien. Ou se transformer en slogans vengeurs, voire en déclarations définitives: «Genève, ville morte»; «Mort aux banques»; «Pays de merde.» Amis de la poésie, bonjour!

Ces pensées anonymes se font aussi préventives, à l’image du regretté «Tourne, eh, connard!» du plateau de Frontenex, invitant les automobilistes à braquer ferme vers les Eaux-Vives, sous peine de rentrer droit dans le mur.

Elles sont un tantinet nunuches lorsqu’elles parlent d’amour toujours; énigmatiques avec ce «Pierre Maudet n’a pas dit bonjour» figurant devant le chantier du Grand Théâtre; reconnaissantes sur les palissades du CEVA, à Champel, où un «MERCI!» a fleuri.

Devant toutes ces pensées déversées pêle-mêle sur la voie publique, je ne savais pas trop à laquelle m’attendre en allant regarder de plus près ce texte placardé sur une borne électrique et qui me faisait de l’œil.

Un nouveau manifeste? Un avis de recherche? Non. Un poème!

Quelqu’un avait pris la peine de recopier, en entier, «Il était une feuille» de Robert Desnos, de tirer ce texte et de le coller en ville sur un lieu de passage.

Alors j’ai pris le temps de lire «Il était une feuille avec ses lignes/Ligne de vie/Ligne de chance/Ligne de cœur…»

Et je ne vous dis pas quel bien ça fait de se laisser ainsi happer par la poésie, un matin du mois de mars, au carrefour de Rive, au milieu des klaxons…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Le blog de Julie aussi vaut son pesant de poésie. De quoi faire un recueil de morceaux choisis, un jour.

Écrit par : jean jarogh | 28/03/2017

Les commentaires sont fermés.