04/04/2017

La nuit toute la journée

palissades.JPGLe mois de mars a été exceptionnellement beau et chaud, la température grimpant jusqu’à des pics rarement égalés depuis que Météo Suisse prend ses mesures. Et ça continue…

Cet ensoleillement précoce n’est pas de nature à réjouir certains habitants de la région. Faut dire qu’ils sont dans la nuit à longueur de journée, depuis que des palissades en bois obstruent complètement leurs fenêtres.

Je ne sais pas si vous avez déjà vu ces fermetures radicales sur quelques chantiers de rénovation d’immeubles. Il en est actuellement un remarquable dans le vieux Carouge, le long du tram. Cette vue rappelle le G8 et les arcades genevoises retranchées derrière des planches en bois jaune. Sauf que là, c’est à l’étage!

Et à l’étage, généralement, il y a des habitants. Ou des employés. Ce n’est pas très folichon pour eux de vivre dans cette obscurité permanente. Pourquoi pareil traitement, me direz-vous?

Eh bien c’est simple: lorsqu’un échafaudage est monté à proximité de lignes électriques alimentant le réseau des TPG, la loi veut que des mesures de sécurité soient prises pour éviter tout risque d’électrocution des personnes actives sur le chantier.

Dès qu’un échafaudage se trouve à 7,60 m des fils de contact et des supports sous tension, les TPG exigent des entreprises privées qu’elles posent un blindage résistant et isolant allant de 2 à 8 mètres de hauteur!

Euh, n’est-ce pas pousser le principe de précaution un peu trop loin?

Car une fois ces exigences posées, les TPG s’en lavent les mains. Qu’importe pour eux si les palissades sont en plexiglas, en plastique ou en bois. Les entreprises font donc souvent au plus simple, au moins cher et au plus hermétique qui soit. Le bois.

Et tant pis pour les habitants coincés derrière l’écran qui les prive de lumière naturelle pendant des plombes. S’ils pouvaient au moins scier là-dedans un coin de ciel bleu, ils s’en porteraient déjà mieux…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Ce n'est pas d'aujourd'hui que les Suisses en rajoutent dans le délire sécuritaire sur les objets. Sur les humains, c'est autre chose et plutôt le contraire. La justice semble tout faire pour protéger les gentils criminels contre ces salauds de citoyens qui voudraient se défendre, mais c'est un autre débat...
Mon souvenir le plus courtelinesque : une formation d'artificier à l'armée. Il fallait tant de cm de mèche par rapport à la distance de fuite, tant de cm pour ceci, pour cela. Et à la fin on rajoute la longueur de dix minutes de sécurité...
Autant ne rien calculer du tout...

Écrit par : Géo | 04/04/2017

Bon, ce n`est que provisoire et ca vaut quand-meme mieux que la journée toute la nuit comme quand il y a un gros néon publicitaire clignotant toute la nuit et toutes les nuits juste en face de la fenetre. Et puis, apres, il y aura une facade rénovée toute pimpante...

Écrit par : jean jarogh | 04/04/2017

Non, JJ, le pire c'est le bruit. J'ai une amie qui habite au coeur de GE*, là où tous les soit-disant étudiants de cette ville passent leur nuit à se saouler et à beugler. Il paraît que c'est interdit, mais elle a vu maintes fois des flics observant le bigntz sans intervenir, même à 3h du mat. Par contre, on sait que quand des citoyens pètent les plombs et lancent quoi que ce soit sur les salopards de fils de riches socialistes, même de l'eau, la police arrive en trombe...

* Ecole de médecine/Carl-vogt

Écrit par : Géo | 04/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.