06/04/2017

L'odeur qui sort de l'eau

Elle sortait du Rhône et m’a sauté au nez quand je me baladais, l’autre jour, sur la passerelle qui enjambe le fleuve. J’ai humé à pleins poumons cette odeur indéfinissable, et pourtant si connue.

Je la sentais déjà, enfant, en passant le pont du Goléron qui rattache la jetée des Bains des Pâquis à la terre ferme, aux premiers beaux jours de l’année.

Une forte odeur d’eau.

Mais Julie, l’eau, c’est comme l’argent. Ça n’a pas d’odeur! Sauf quand c’est sale et vaseux…

Pour en avoir le cœur net, je me suis renseignée. Eh bien oui, m’a-t-on dit. Le lac et le Rhône dégagent au moins deux fois par an senteurs ou remugles, c’est selon. Le phénomène se manifeste notamment au printemps. Il dure une semaine, dix jours tout au plus. Et là, on est pile dedans!

Sous l’effet de la chaleur, les planctons commencent à pousser et à prospérer joyeusement, provoquant ainsi ces drôles de relents.

Ceux qui redoutent ce signal olfactif sont les pêcheurs professionnels. Car ces planctons ne font pas leur beurre. Ils s’accrochent et prolifèrent à toute allure sur leurs filets qu’ils transforment en murs verts. C’est le «verdia», disent alors les hommes du lac. La merde, quoi! Car les poissons, qui ne sont pas idiots, refusent d’entrer dans ces pièges trop voyants et les pêcheurs rentrent bredouilles au port.

Il faut ensuite attendre quelques jours, le temps que les zooplanctons débarquent et broutent tout ça, pour que les odeurs disparaissent.

En cas de forte bise, le lac peut aussi sentir bizarre. Les moules zébrées, qui vivaient pépères dans les profondeurs, remontent à la surface à la faveur de ce grand brassage. Elles s’échouent sur la rive, finissent par mourir et pourrir tristement au bord l’eau. Et là, ça pue grave, effectivement…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

En effet l'odeur de vase est récurrente ,tous ceux ayant enfants pataugé dans un lac se souviennent de ce doux parfum et jamais personne n'en a fiat un drame ,la nature on l'acceptait telle qu'elle était
C'est d'ailleurs sa manière à elle d'offrir un parfum de rose pour les fêtes Pascales
Ce qui n'empêchait pas les baptêmes dans le lac
Alors qu'aujourd'hui il suffit d'un éternuement de la part d'un cygne pour que tout soit remis en question
Très belle journée

Écrit par : lovejoie | 06/04/2017

Si l`enfance de Proust avait été gneuvoise, sa madeleine aurait eu un parfum d`algue et la duchesse de Guermantes aurait été la reine des Paquis...

Écrit par : jean jarogh | 06/04/2017

Les commentaires sont fermés.