08/04/2017

Ces drôles de contrôles

Renée est une fidèle usagère des TPG. Elle possède l’abonnement annuel, ce qui la met normalement à l’abri des tracas. C’est donc l’âme sereine qu’elle voit monter l’autre jour deux contrôleurs dans le bus 5 où elle se trouve. Et qu’elle sort le portefeuille de son sac pour y prendre le document demandé. Or, oh stupeur, il n’y est pas.

C’est bien la première fois que ça lui arrive! René est affreusement vexée d’être ainsi prise en faute devant tout le monde.

Le contrôleur lui tend un formulaire à remplir. Il est obligé de le faire, dit-il à la fautive, en s’excusant presque. Mais si elle apporte la preuve de sa bonne foi le lendemain à l’agence de Rive, précise-t-il, elle ne paiera que 6 francs, ce qui n’est pas catastrophique.

Soit. Renée remplit le formulaire, donne sa date de naissance et signe. L’employé lit le tout et reste scotché sur l’année indiquée: 1922… La dame qu’il a devant lui a donc 95 ans. Respect!

L’homme en uniforme n’écoute alors que son cœur, ou son bon sens, et annule toute la procédure. La passagère n’aura pas à se rendre à Rive pour présenter son abonnement TPG. Tout va bien. Et puis il repart avec un grand sourire. Avec les remerciements de la nonagénaire, qui a pris ce geste de confiance comme un rayon de soleil.

Un qui se méfie de tout, par contre, c’est celui qui a collé une prune sur la Peugeot de José garée, un dimanche soir, sur une place de stationnement privée. Car le hic, voyez-vous, c’est que c’est justement la place de José!

Celle qu’il loue depuis plus de douze ans dans la cour qui jouxte le poste de police de Fontenette. Ça fait bizarre, tout de même, d’être verbalisé quand t’es dans ton bon droit. T’y crois pas! Nous non plus, et pourtant…

La contravention en main, notre homme est donc allé alerter la police d’à côté, qui l’a rassuré. Sa régie a fait pareil. Pas besoin de raquer, ni de s’énerver: la prune va sauter. Devrait-il dire merci, en plus?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Jolie anecdote que celle de Renée: une tranche de vie au gout printanier comme on les aime chez Julie. Quant a l`histoire de José, il montre comme les "papillons" frais éclos sont espiegles.

Écrit par : Jean Jarogh | 08/04/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.