29/04/2017

Les nœuds qui se défont

Malgré son titre, ce billet n’est pas une chronique sur le fameux lâcher prise, ce cliché du développement personnel, très en vogue, qui veut que l’on soit dans l’ouverture aux autres et à la vie, non dans le contrôle absolu de tout ce qui nous entoure. Ce qui est également très à la mode…

Bref, s’il est ici question de nœuds qui se défont, ce sont uniquement ceux de nos lacets de chaussure!

Des scientifiques tout ce qu’il y a de plus sérieux viennent ainsi de se pencher sur cette étrange défaillance que nous connaissons tous. Sur ce relâchement sournois de la godasse suite à la libération de ses attaches, sous l’effet des mouvements de la marche. Pourquoi pareil phénomène?

Ces physiciens de l’Université de Berkeley ont étudié la chose, partant du principe que c’est tout d’abord l’impact du pied sur le sol qui desserre l’assemblage, et que la foulée du marcheur met ensuite en mouvement le bout des lacets, ce qui finit par les délier. Les deux actions conjuguées étant nécessaires pour parvenir à ce résultat désolant.

Avant de procéder à ces essais, les chercheurs ont constaté qu’il existe une bonne façon de nouer ses lacets, et une mauvaise.

La bonne méthode se distingue par le fait que les deux boucles obtenues à la fin du tour de passe-passe sont bien horizontales, car elles ont été nouées successivement dans des sens opposés.

La mauvaise s’affiche par contre toute de bisingue par rapport au laçage, les deux boucles ayant été nouées dans le même sens. Ce qui donne un nœud dit en queue-de-cochon, ou de vache…

D’après la revue qui relate ces recherches fondamentales, il semblerait que le bon nœud simple tient plus longtemps que le mauvais. Mais qu’au bout du compte ils cèdent tous les deux. Que faire, devant pareille fatalité?

Tester par exemple ce que font les montagnards depuis belle lurette. Le double nœud! Y a pas mieux quand lacets doivent absolument garder prise…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Vous auriez peut-être dû mettre un schéma ? Parler de noeuds sans illustrations...

Écrit par : Géo | 29/04/2017

Si le "double noeud" est celui qu`on appelle aussi "noeud d`ajut", il vaut mieux utiliser du gros cordage pour ses lacets, sinon compter une bonne demi-heure pour le défaire le soir, ce qui laisse le temps a la soupe de de refoidir. Cela dit, il est réconfortant de savoir que les grosses pointures de la physique américaine sont mobilisées a étudier les mysteres du lacet de soulier car pendant ce temps ils oublient d`inventer de nouvelles bombes. J`espere seulement que les copains russes et chinois en font autant.

Écrit par : jean jarogh | 29/04/2017

Quel monde merveilleux que celui qui se préoccupe de ses lacets.
Je suggère de creuser la moindre, histoire de participer à la diminution de la souffrance.
https://www.publiceye.ch/fr/

Écrit par : Pierre Jenni | 29/04/2017

Jenni@ On ne va même pas ouvrir votre lien. Vous l'avez répété vous-même : l'imperfection fait partie de la nature...
Et puis, les tenants du tiers-mondisme vous le répètent tout le temps : il y a douze mille enfants qui meurent de faim chaque seconde. Donc à quoi bon ? Aucune puissance humaine n'y pourra jamais rien changer et cela va devenir de pis en pis, vu la croissance démographique...

Petit rappel de Pessoa cité par rabbit :
"J'éprouve une nausée physique, montant du fond de l'estomac, à l'égard des rêveurs de millénaires - socialistes, anarchistes, humanitaires en tout genres. Ce sont des idéalistes sans idéal, des penseurs sans pensée. Ils recherchent la surface de la vie pour obéir à la fatalité des tas d'ordures, qui dérivent à fleur d'eau et se croient beaux parce que les coquillages vides dérivent à fleur d'eau, eux aussi."

Écrit par : Géo | 30/04/2017

C'est bien pour ça que les indiens n'avaient que des mocassins!

Écrit par : dominique degoumois | 30/04/2017

Les commentaires sont fermés.