12/05/2017

Mobilisation pour Laetitia

Il faut que cela se sache. Hier après-midi, la famille, les amis et de simples citoyens écœurés par ce qui arrive à Laetitia sont venus exprimer leur indignation devant l’Hôtel de Ville où se réunissait le Grand Conseil.

La jeune femme au cœur de toute cette attention est assise là, dans son fauteuil roulant. Elle porte un T-shirt où est écrit «Moi, Laetitia, polyhandicapée, complètement abandonnée par l’Etat». A moins que ce ne soit «M. Poggia, quand me verserez-vous enfin ma rente AI?» D’autres slogans sur des pancartes relayent cette colère populaire.

Car une telle histoire est assez dure à avaler: la Genevoise vit depuis sa prime enfance dans un foyer de Clair Bois, mais elle est privée de l’AI et de sa rente d’impotence depuis six ans! Ceci pour une sombre histoire de lieu de domicile des parents. Pour faire court, ceux-ci l’ont accueillie les week-ends dans leur résidence secondaire, en France voisine. Il y a eu dénonciation et les experts de l’AI sont montés au front.

Je ne vais pas résumer ici les batailles juridiques entre les avocats de la famille et ceux des assurances sociales qui durent depuis 2011 déjà. Au Tribunal fédéral, Laetitia a perdu, et cela a ému. D’autant que la jeune fille, désormais majeure, devrait être accueillie dans un foyer de Clair Bois pour adultes. Mais elle ne peut pas exprimer sa volonté d’y aller, et ne touche pas les rentes pour y vivre.

Devant cette situation humainement inacceptable, certains députés ont monté les tours. Ils disent vouloir faire leur possible pour faire pression sur l’AI et régler le problème. Car L’Etat a l’obligation morale de la prise en charge d’une Genevoise dont les parents travaillent et payent des impôts dans le canton, n’est-ce pas? Et il doit assurer l’encadrement elle a toujours bénéficié. Sinon, c’est à n’y rien comprendre!

La pétition en faveur de Laetitia sera déposée lundi prochain au bureau du Grand Conseil. Affaire à suivre, donc.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

"Je ne vais pas résumer ici les batailles juridiques entre les avocats de la famille et ceux des assurances sociales qui durent depuis 2011 déjà. Au Tribunal fédéral, Laetitia a perdu"

Si vous ne nous donnez aucune explication sur les arguments qui l'ont fait perdre au Tribunal fédéral, cette histoire est incompréhensible.

Écrit par : Géo | 12/05/2017

"Si vous ne nous donnez aucune explication"

Le jugement est disponible sur le site du Tribunal fédéral. Il n'est pas difficile à trouver.

Écrit par : Avez-vous déjà essayé de placer des oursons Haribo dans le vide absolu ? | 12/05/2017

Jadis, j`ai eu l`occasion de fréquenter de pres l`AI dans le cadre de l`élaboration d`un systeme d`assurance qualité. J`ai pu y voir comment toutes sortes de grands et petits drames humains y sont obligatoirement passés au tamis des regles et reglements régissant l`institution et en ressortent vidés de leur charge émotionnelle. Devant l`afflux quotidien des demandes et réclamations, il y a une hantise a ne pas faire d`exception car alors comment dire non a tous les autres qui, selon les regles et réglements en vigueur, n`ont pas droit au oui. Peut-etre faudrait-il changer un peu les regles pour pouvoir résoudre le probleme de Laetitia.

Écrit par : jean jarogh | 12/05/2017

Bonjour,
Pour info, les personnes en situation de handicap doivent habiter sur le canton de Genève pour faire une demande à l'assurance invalidité, rentrer dans un établissement sur le canton, pour obtenir une allocation pour impotent ainsi que pour obtenir les prestations complémentaires.
Le domicile légal de Laëtitia est chez ses parents jusqu'à sa majorité. Si j'ai bien compris ces parents ont une adresse à Genève, mais habite en France.
La loi, est le lieu d'habitation réelle, donc vivant en France elle n'a pas le droit aux prestations de Genève.
Elle devrait selon la loi aller en institution en France.
Bonne journée
Brigitte

Écrit par : Brigitte | 12/05/2017

Je souhaite beaucoup de courage, d'énergie à Laëtitia et à sa famille pour affronter tous ces problèmes juridiques, administratifs. Les lois se changent...
Vivement que Laëtitia puisse avoir sa place à Clair Bois et ses parents retrouver la sérénité.
Brigitte

Écrit par : Brigitte | 12/05/2017

"Le jugement est disponible sur le site du Tribunal fédéral. Il n'est pas difficile à trouver."
Je veux bien, mais ce n'est pas à moi commentateur à faire le travail. Présenté comme c'est fait par Julie, personne ne peut comprendre pourquoi le Tribunal fédéral donne tort à la cause de Laetitia. Et si je vais chercher de mon côté le pourquoi, les autres lecteurs n'en profiteront pas.
En l'état actuel des choses, on comprend que les juges du Tribunal fédéral sont des tarés. J'ai eu affaire avec l'un d'entre eux, je confirme...

Écrit par : Géo | 12/05/2017

Il y a un truc que je ne comprends pas.... il est mentionné que la famille a une résidence secondaire en France. Cela sous-entend qu'ils ont aussi une adresse en Suisse et qu'ils y vivent la plus grande partie de l'année. Dans cette situation, l'AI devrait rentrer en matière sans aucun problème. Par contre, si la famille vit en France toute l'année, là, il est normal que rien ne soit versé.
Nous avons aussi une fille handicapée et voulions aller vivre en France. Après renseignement, sachant que l'AI ne verserait plus rien, nous sommes restés sur Suisse pour le bien être de notre fille.
Manque quelques détails précis dans le texte ci-dessus.

Écrit par : Lambert | 12/05/2017

"En l'état actuel des choses, on comprend que les juges du Tribunal fédéral sont des tarés."

It takes one to know one.

Il semblerait surtout que la famille concernée n'ait pas été entièrement de bonne foi et qu'ils aient cherché à s'arranger avec les règlements concernant la domiciliation de Laetitia. Ca n'a pas joué en leur faveur.

Écrit par : Vous savez cette chose bizarre que vous avez mise dans votre jardin ? Oui ? Eh bien, les Grunder trouvent ça splendide. | 12/05/2017

Parfois, c`est dur de l`admettre mais je crois qu`il n`est pas possible de faire des exceptions lorsque cela mene a etre injuste pour d`autres qui, eux aussi, seraient heureux que l`on fasse exception pour eux. Ergo, il ne semble ici y avoir que deux solutions: soit les parents de Laetitia s`arrangent pour se mettre en accord avec la regle, soit on change la regle. Maintenant je ne sais pas mais il serait peut-etre possible de trouver quelque solution provisoire le temps que tout soit en regle.

Écrit par : jean jarogh | 12/05/2017

Bonsoir,

J'avais reçu une missive de M. Poggia avisant les bénéficiaires de prestations sociales - par exemple un subside LaMal - qu'ils perdraient leur droit aux prestations s'ils étaient absents plus de trois (3) mois de Genève.

J'ai écrit à M. Poggia pour demander si :

- 3 mois consécutifs
ou
- 3 mois au total dans l'année.

Je n'ai jamais eu de réaction.

En vérité, je m'absente 1 mois en hiver pour aller me faire traiter à l'étranger (ma franchise de 2500 CHF ne me permet pas de me faire traiter ici), puis un deuxième mois au printemps et enfin un troisième mois en fin d'été.

Retraitée, je n'ai pas de grands moyens. Mais si on me supprimait ce subside, cela rendrait mon quotidien encore plus périlleux et je devrais alors, à ce moment-là, aller frapper à la porte de l'OCAS pour demander une aide qui coûterait infiniment plus cher à la communauté.

Donc je pose de nouveau la question : est ce que ce sont 3 mois consécutifs ou 3 mois dans l'année qui feraient qu'un bénéficiaire de prestation se fasse éjecter ?

C'est pourtant pas compliqué, comme demande, et je parle un français correct.

Bonne fin de journée.

Sylvie

Écrit par : Sylvie | 16/05/2017

Bonsoir Sylvie,
Mon fils a reçu la même lettre. Il est bien écrit dans cette dernière :
"Séjour de plus de trois mois par année...." Vous pouvez donc les prendre à votre convenance... Vous pouvez retrouver cette lettre sur le site du SPC.
En étant bénéficiaire du SPC, votre caisse maladie est remboursée par ce service, cependant, vous devez prendre la franchise de 300.-. Les 10%, la franchise, les lunettes, les frais dentaires (chez un dentiste en Suisse) sont également remboursés... donc pas besoin d'aller à l'étranger pour se faire soigner!
Bonne soirée
Brigitte

Écrit par : Brigitte | 16/05/2017

Les commentaires sont fermés.