16/05/2017

File d'attente à l'ombre

C’est un lundi matin comme un autre. Un jour de reprise, avec des gens qui couratent et s’agitent dans tous les sens en centre ville. Sauf à la place de la Fusterie où une longue, très longue file d’attente s’étire, côté ombre, des voies du tram jusqu’à l’arrière du temple.

Tiens, c’est bizarre! Que font là tous ces messieurs dames? Qu’espèrent-ils, si sagement alignés les uns derrière les autres dans l’espace public? La sortie d’un nouveau bidule électronique? Un rôle de figurant dans un film, un billet de faveur pour un concert?

Curieuse comme je suis, j’ai remonté la file à distance pour me casser finalement le nez sur le Bus Santé des HUG stationnant contre le vieil édifice. Et que propose le cabinet ambulant, en ce lundi 15 mai? Une journée de dépistage gratuit du mélanome, cette forme de cancer cutané qui peut vite faire des dégâts.

L’histoire est aussi simple que ça: tous ces patients font donc la queue en plein air pour obtenir une consultation à l’œil. Ou plutôt à leurs grains de beauté!

Sans avoir besoin de prendre rendez-vous, ils grimpent à tour de rôle dans le bus, montrent leurs taches pigmentées au dermatologue oncologue et repartent de là en sachant si oui ou non il y a de quoi se faire du souci.

D’où la mine assez grave de certains citoyens qui trompent leur attente en bouquinant ou en regardant rêveusement le ciel. Ils veulent être fixés, mais redoutent le verdict. N’ont-ils pas abusé du soleil, dans leur vie?

L’an dernier, 184 personnes ont ainsi été examinées lors de la journée de dépistage et 25 lésions suspectes identifiées. Combien de mélanomes malins seront repérés parmi celles et ceux qui attendent ce lundi, à l’ombre de la Fusterie?

«Ne sois pas banane», dit une nouvelle pub de santé publique. «Protège-toi du soleil!» Message reçu!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Cela me rappelle un article d'un journaliste australien qui avait été très étonné de voir un longue file de gens parfaitement alignés attendre le bus à Bankok, chose qu'il n'avait jamais vue en Asie. Sa surprise était telle qu'il mit un moment pour se rendre compte qu'ils se tenaient simplement à l'abri du soleil à l'ombre d'une sorte de poteau téléphonique.

Écrit par : Mère-Grand | 16/05/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.