03/06/2017

Le comble de la poésie

Elles répondent au joli nom de Gala, Reinette, Golden, Jazz ou Gravenstein. En achetant les unes plutôt que les autres, les consommateurs savent si ces pommes sont plus ou moins acides, sucrées, bonnes à cuire ou à manger à la main. A chacune sa particularité.

Pareil pour les poires, les Abate, Bosc, Williams et compagnie, dont les saveurs et les utilisations sont variées. Si les fruits portent de petits noms distinctifs, ce n’est donc pas pour des prunes!

L’autre jour au marché, un fin gourmand demande à un marchand s’il a reçu les abricots français, les fameux Orangered au parfum de rose dominant et bien sucrés. Ses papilles frétillent à la seule évocation de cette appellation…

Non, pas encore. On a juste ça, mais ils sont aussi bons» répond le vendeur, en désignant les fruits dans une cagette. «C’est quelle sorte d’abricot?» «Ah ça, je ne peux pas le dire. Regardez sur le côté, il doit y avoir une étiquette…»

«Ah voilà, ce sont des AB 112. Alors va pour les AB 112. Vous m’en mettrez un bon kilo.» D’ici à ce que son épouse lui reproche de n’avoir pas choisi les AB 108, plus gros et plus juteux…

Sur le chemin du retour, le gourmand imagine une recette de panaché à la basquaise avec des ingrédients définis par des codes identiques à  ceux qui permettent l'accès au monde numérique. Et il me l’a transmise. Je pense que ça vous mettre l’eau à la bouche…

A votre cocotte, donc! Faites revenir dans un peu d’huile PR 416 de petits dés de GG 148j; émincez deux beaux BR 411 et coupez en rondelles les FS 403. Ajoutez tout cela au PR 416, mélangez, Couvrez et laissez mitonner pendant 30 minutes. Pressez le jus d’un CI 575, ciselez quelques feuilles de HV 703, parsemez le tout et arrangez sur un lit de BK 945. Et servez sous les applaudissements des mutants.

Reste à savoir si les fraises RBJ 418, prévues au dessert, auront autant de saveur que les Mara des bois…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Poésie de cyborg. Quand on sera encore plus évolués, il n`y aura meme plus besoin de manger, suffira de pianoter le code du fruit sur un clavier mental pour s`en approprier le contenu moléculaire.

Écrit par : Jean Jarogh | 04/06/2017

Les commentaires sont fermés.