02/08/2017

Toujours fidèles au poste

On est rarement surpris en rentrant chez soi, au bout du lac, après quelques jours passés au loin. Elles sont toujours bien là, fidèles au poste. Je parle de nos chères genevoiseries… Celles qui pimentent la vie de la République, qui font beaucoup de bruit, de remue-ménage et de dégâts pour rien. Ou si peu.

Ainsi l’ancien chef des opérations de la police, sanctionné par l’administration suite à une manif houleuse, pourra réintégrer la grande maison après avoir été blanchi par la justice genevoise. Une institution qui vient d’être par ailleurs désavouée cet été sur deux grosses affaires par le Tribunal fédéral. Lequel n’a pas encore été saisi pour régler le différent opposant les forains aux autorités dans l’organisation des Fêtes de Genève…

A quoi s’ajoute encore la énième étude lancée pour la traversée de la rade et la polémique, qui n’en est pas vraiment une, concernant la Fête du 1er août organisée au parc La Grange unissant Suisse et Bénin. On ne s’en lasse pas, de ces genevoiseries. Quoique…

A propos de 1er août, un lecteur m’a fait part de sa surprise, pour de pas dire de son mécontentement, au sujet d’un brunch organisé dans une ferme de la campagne genevoise.

En allant ainsi déjeuner au vert, le citadin avait la certitude de consommer des produits locaux. Ce qui était le cas avec les différents pains proposés, les confitures et les gâteaux faits maison, le miel fourni par des abeilles butinant dans le coin. Un vrai régal.

Mais il s’est étranglé devant les pommes à croquer sur place. Elles avaient encore leur étiquette d’origine collée à la peau. Et d’où venaient-elles, je vous le demande? De Nouvelle-Zélande. On se pince!

S’il n’y a pas de pommes des vergers d’Arare ou de Versoix à manger en cette saison, autant s’en passer, non? Pourquoi faire traverser la moitié de la terre à ces fruits, alors que l’on chante en ces lieux les louanges de Genève Terroir, Terre Avenir?

18:52 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire, paraît-il. mais ...des histoires.

Des histoires de pomme...comme au Jardin d'Eden...

Des histoires...et des coïncidences éloquentes lorsqu'on songe que la réhabilitation par le pouvoir judiciaire de l'ex-chef des opérations de la police genevoise, révélée en pleine période de vacances estivales...alors que l'opinion publique et la "classe politique" se les roulent à la plage ou sur nos monts indépendants.

Le déchu réhabilité mériterait une promotion pour avoir été injustement soupçonné, puni, exclu et sali.

Or c'est lui qui avait sauvé la situation lors des émeutes du G8 à Genève alors que la conseillère d'Etat chargée du maintien de l'ordre public, dépassée et paniquée, pleurait dans son bureau.

Puisse La Tribune de Genéve faire sa Une et une enquête journalistique complète sur cette sinistre affaire à la rentrée, à l'approche des élections cantonales.

Les bavures ne sont pas une exclusivité policière.

La classe politique en commet donc aussi aussi, de plus baveuses que les autres.

Écrit par : Jacques-Andre WIDMER | 02/08/2017

Comme ca au-moins le lecteur en question a quelque chose d`original a raconter, du vécu vrai de vrai debleudebleuu! Merci le fermier!

Écrit par : Ignace | 03/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.