12/08/2017

Le clown de sortie

Le monde change à toute allure. Ce qui était valable hier ne l’est plus aujourd’hui. Question d’obsolescence programmée, de mœurs, de politique. Du passé faisons table rase! On connaît la musique, sauf qu’elle a changé, elle aussi. Faut alors faire preuve de grande souplesse pour survivre. Même si les articulations coincent…

Or, au milieu de tous ces bouleversements, il y a un truc qui ne bouge jamais d’un pouce. Un message d’une stabilité et d’une longévité remarquables. Une affiche donc. Celle du Cirque Knie!

Vous l’avez en mémoire? Elle montre un clown blanc sur fond rouge, vêtu comme un arlequin. Le drôle plie un genou. Un «knie», en langue allemande, d’où le clin d’œil amusé du clown.

Dessinée par Herbert Leupin, l’image s’expose dans chaque ville de Suisse pour signaler la venue de la famille régnante. Ceci depuis 1956. Autant dire une éternité! Mais on ne change pas une équipe qui gagne, pas vrai? Les Knie l’ont compris, et c’est tout bénéfice pour eux.

Eh bien l’affiche à l’efficacité redoutable vient de faire son apparition jeudi à Genève. C’est un signe qui ne trompe pas: en plus du cirque, il annonce aussi la rentrée scolaire. Une perspective qui ne surprend guère, vu la température ambiante…

Mais je ne vais pas plomber d’avantage cette fin de semaine avec ce genre de considérations. D’autant que le ciel genevois devrait nous réserver autre chose que de la pluie. Un ballet d’avions, par exemple. Et puis les grands feux d’artifice.

Le clown de sortie peut attendre encore quelques jours…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

En parlant de clown, que pensez-vous de ces tristes clowns des Rues basses qui ont trouvé moyen de faire taire les musiciens de rues sous prétexte que l`orgue de barbarie et la guitare ne correspondent pas a leurs gouts mélomanes? Ces avocats et autres grands seigneurs de pacotille qui se font des couilles en or dans leurs bureaux (climatisés et insonorisés!) des Rues basses sont tout heureux d`avoir plombé le revenu de quelques musiciens de rues mais c`est tout naturel de leur part. Par contre, il en faut une sacrée couche au niveau du municipal pour ne pas voir que les touristes adorent les musiciens de rues et que la moitié de Geneve vit directement ou indirectement du tourisme.

Écrit par : JJ | 13/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.