15/08/2017

Feuilles mortes à la pelle

C’est ainsi à Genève depuis la nuit des temps: chaque année, le premier bourgeon du marronnier officiel de la République annonce l’avènement du printemps. Un jeunot a beau lui faire concurrence sur la Treille, qu’importe, ça reste toujours un marronnier. L’honneur est sauf!

Or voilà que ces messagers du printemps se mettent aussi à signaler la venue de l’automne…

En plein été, ils sont les premiers à donner des signes de grosse fatigue. Ils semblent avoir trop chaud. Ou trop soif. Leurs feuilles se tachent, brunissent, sèchent et tombent avant l’heure. Et les sols sont tapissés de ces vieilles splendeurs.

Alors quoi? Est-ce la faute aux trois épisodes de canicule de l’été qui auraient mis nos marronniers à trop rude épreuve?

Même pas. Bon, ça n’a pas arrangé les choses, précise l’ingénieur forestier, à qui j’ai posé la question. Pour faire court, ces majestueux feuillus sont surtout victimes de deux ravageurs: un champignon et un papillon. Drôles d’attaquants! Les petites bêtes ne mangent pas les grosses, dit la sagesse populaire. Et pourtant…

Le champignon provoque la maladie des taches foliaires du marronnier (Guignardia aesculi) La guigne, quoi! A cause de lui, les feuilles prennent un coup de vieux et dévissent, en juillet déjà. Seule chose à faire, les ramasser et les éliminer.

Le papillon quant à lui a fait sa première sortie dans la région en 2003, lors de la grande canicule. Son nom? La mineuse du marronnier, ou cameraria ohridella. Une vraie teigne! Sa larve vide les feuilles de leur substance, les rend grisâtres, puis transparentes. Alors elles tombent et se ramassent à la pelle.

Des spécialistes à Genève tentent un traitement en injectant, dans les troncs affaiblis, un produit pour éliminer les larves. Affaire à suivre. Il semblerait aussi, mais ce n’est pas encore prouvé, que les mésanges bleues se nourrissent de ces larves et papillons. Sauvons donc les marronniers en installant, près d’eux, des nichoirs à mésanges bleues. On pourrait ainsi joindre l’utile à l’agréable!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.