16/09/2017

La mobilité à la genevoise

Il y a comme ça des raccourcis qui me mettent en joie. Je pense au sigle de la dernière formation politique en date GEM. Comme Genève en marche.

Toute ressemblance avec le mouvement lancé de l’autre côté de la frontière par celui qui est finalement devenu président de tous les Français est fortuite, forcément! La ficelle est un peu grosse. Mais notre tribun local n’a peur de rien. L’idée de la marche, Stauffer l’avait sans doute déjà avant. Et Genève, il l’a dans la peau. Alors…

Et puis l’avantage, avec cette nouvelle abréviation, c’est qu’elle sonne extraordinairement positif: «J’aime!» J’aime la vie, je fais des bébés, chantait Sarcloret, avant de filer à Paris. Genève, j’aime, disait un temps un slogan, affublé d’un gros cœur rouge. Elle peut aussi s’entendre dans une version bien plus nombriliste «Je m’aime…»

Là où je rigole franchement, connaissant les idées du Monsieur, avec la préférence cantonale en matière d’emploi et tout le tralala, c’est que Gem, c’est aussi le sigle qu’affichent certains bus transfrontaliers!

Des bus habillés comme ceux des TPG, de bleu de bleu, et de blanc, mais qui portent des plaques françaises. Ils transportent au bout du lac des frontaliers qui viennent prendre le boulot des gens d’ici, si j’ai bien tout compris.Des bus qui aident aussi les gens d’ici à aller faire leurs courses dans les supermarchés voisins, c’est certain, et qui sont gérés par la société Gem, comme «Genevois Mobilité». Joli clin d’œil, ma foi!

Bon, vous me direz que le sigle en question est aussi celui du Groupement des Multinationales, sis à Saint-Jean, qui ne doit pas trouver cet amalgame très drôle, ou de GEM immo, basée à Gland. Comme la Porchet. Marie-Thérèse, bien sûr. GEM, donc. Comme je me marre!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook |  Imprimer | | |