14/10/2017

Par ici la bonne soupe!

Il est souvent question de malbouffe dans les conversations ou dans la presse. Rarement de bouffe tout court. Ou de manque de bouffe.

Car la réalité est parfois dure à avaler. Et surtout à digérer: dans nos contrées si prospères, où la majorité mange trop de tout et tout le temps, des familles peinent encore à acheter de quoi se nourrir correctement.

Oh, elles se font aider, bien sûr. Personne ne meurt de faim dans notre belle République. Des êtres de bonne volonté et des associations veillent. Et agissent.

La fondation Partage récupère ainsi depuis des années les invendus des grands magasins et les distribue à une cinquantaine de services sociaux et associations caritatives.

En 2016, 900 tonnes de denrées alimentaires ont été sauvées, ce qui a permis de faire plus d’un million de repas. On estime que 9400 personnes en moyenne sont aidées chaque semaine à Genève. Chapeau, et merci!

Pour la Journée mondiale de l’alimentation, qui a lieu lundi 16 octobre, la banque alimentaire genevoise va servir la soupe à la population. Un geste symbolique, généreux, pour rappeler l’importance de se serrer les coudes en ces temps difficiles. La distribution de soupe gratuite se fera aux arrêts Bel-Air, Rive et place Neuve des TPG, rebaptisés pour l’occasion arrêts «Solidarité».

Il n’est pas précisé si les usagers devront demander l’arrêt. Mais il y a fort à parier que par l’odeur de la soupe alléchés, ils sauteront vite du véhicule. Surtout si l’une des personnalités genevoises assurant la distribution entre 11 h et 19 h leur fait de l’œil.

Préférez-vous alors être servi par Darius Rochebin, Joël Dicker, Brigitte Rosset ou bibi? Marc Bonnant ou Jean Ziegler? Ou au bol? D’autres volontaires connus seront de piquet ce jour-là pour rappeler, si besoin est, que partager, ça rend meilleur!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Partager, ca rend meilleur. C`est tres vrai et de plus, partager rend heureux. On connait tous quelqu`un constipé du coeur, regardons le (plus rarement la) bien, la plupart du temps il (elle) est de mauvais poil.

Écrit par : J.S. | 14/10/2017

Les commentaires sont fermés.