14/11/2017

Ambiance plus ou moins

Ça fait des jours et des jours qu’il nous boude. Qu’il fait le mort. Qu’il reste coincé au fond de son trou, loin des yeux, loin du cœur.

À croire qu’il fuit le vilain temps. Il doit se rendre compte qu’en pleine grisaille, il passe presque inaperçu, lui qui a besoin d’un ciel bleu ou bien dégagé pour faire tout son effet.

Le Jet d’eau est donc aux abonnés absents. Quelle idée! Depuis le 30 octobre, il a disparu du paysage. Les touristes le demandent; nos yeux le cherchent. Pour des prunes.

Paraît qu’il est au repos forcé, à l’arrêt temporaire «pour des raisons d’entretien et de maintenance», nous dit-on. Inutile d’aller se rincer l’œil sur le site des Services industriels genevois (www.sig-ge-ch), où une webcam permet de voir le Jet d’eau en direct

Car c’est effectivement du direct! Sur l’image ne bougent ces jours que des mouettes et quelques mâts de bateaux. On peut si jamais se rabattre sur la visite virtuelle de la salle des machines. Cette plongée dans les entrailles du phénomène permet de voir toute la mécanique nécessaire à son épanouissement. Et pourquoi l’attraction locale s’éclipse quinze jours par an pour se refaire une santé. Heureusement, elle nous revient mercredi 15 novembre, avec l’horaire d’hiver. Lever à 10 h, coucher à 16 h. C’est peu, mais mieux que rien!

Si l’ambiance genevoise est un tantinet plombée par l’absence du Jet d’eau, d’autres apparitions ont fait leur retour: les décorations de Noël!

La zone piétonne du Mont-Blanc est surplombée de lanternes géantes et déhanchées, les hauts de Coutance de parenthèses blanches, la façade du temple de la Fusterie et celles de différents bâtiments commerciaux sont désormais enguirlandées. Elles ne sont pas encore allumées. Mais cela ne saurait tarder. Avec leur mise en lumière commencera le compte à rebours des Fêtes de fin d’année. Ciel. Déjà?

07:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |