16/11/2017

La truffe vagabonde

Un éléphant dans un magasin de porcelaine, ça fait pas mal de dégâts. Un chien dans un jeu de quilles aussi. Dans une boulangerie, c’est une encore autre histoire.

Claude se rend fin octobre à la gare Cornavin pour aller y acheter du pain, et non pour y prendre un train. Ce sont des choses qui arrivent, les stations ferroviaires étant désormais bonnes à tout faire…

La cliente arrive devant le magasin Pougnier dont les portes s’ouvrent et se referment automatiquement. Pratique. Elle voit qu’à l’intérieur se trouvent quelques personnes. Plus un chien en liberté. Genre pas timide pour un rond, à l’aise, la queue frétillante et les yeux cachés par de longs poils gris et blancs.

Tiens, que fait cet animal dans une boulangerie? Il n’a rien à faire ici, se dit la nouvelle arrivante. Mais l’intrus à quatre pattes ne s’en soucie guère. La truffe à l’air, il hume toutes ces bonnes odeurs qui lui ouvrent l’appétit. Or les brioches ne sont pas à sa portée. Ni les caracs, ni les choux à la crème, hélas.

Il est à vous ce chien? demande le vendeur aux différents clients. Non, à l’évidence. Et alors que Claude passe sa commande, que le chien s’occupe dans un coin, elle entend soudain l’employé s’écrier «Mais non, pas ça!»
Car le toutou gobe un œuf «Kinder surprise» happé sur un présentoir, dévore le chocolat, tout en recrachant méthodiquement l’emballage en alu et les bouts de plastique qui forment le jouet tant apprécié des enfants.

Agitation générale: le boulanger pique la mouche et s’en va chercher la maréchaussée, tandis qu’un client, qui a l’air de s’y connaître en cabot, intime à Médor l’ordre de le suivre, ce qu’il fait. Le fautif est ainsi conduit à la police.

Claude n’a pas su le fin mot de l’histoire et ignore comment les poulets ont réagi. Sûr qu’ils ont d’autres chats à fouetter que de couver un chien gourmand sans collier…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Encore un toutou abandonné? Sa maitresse ou son maitre fréquentait peut-etre cette boulangerie du temps qu`elle/il accomplissait son service obligatoire dans cette vallée de larme et de sang... J`espere que la perte de cet oeuf en chocolat n`aura pas mis le boulanger sur la paille.

Écrit par : JJ | 16/11/2017

C'est une histoire étrange, mais le chien doit être pucé. On va donc retrouver son propriétaire indélicat. Cela dit, un chien dans une boulangerie, où est le mal ? Pour autant qu'il soit avec son maître, bien sûr...

Écrit par : Romy Stratta | 16/11/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.