07/12/2017

"Souvenirs, souvenirs"

Oh Johnny, si tu savais, tout le mal que ça nous fait…

Ben oui. C’est ainsi. Sa disparition nous rend tout chose, et la déferlante des réactions émotives ayant suivi sa mort nous touche au plus profond. Comme si elle réveillait des histoires enfouies depuis longtemps. Remontent alors à la surface des bouffées de notre jeunesse passée. D’où ce vague à l’âme. Des paroles oubliées reviennent spontanément aux lèvres. On se surprend à siffloter «que je t’aime…»

Quand les hommages à Johnny seront terminés, resteront les chansons. Et les souvenirs.

C’est un peu comme l’Escalade. Là, vous me direz que je fais le grand écart, mais ce n’est pas grave. Les hauts faits d’armes et les anecdotes de 1602 appartiennent à la mémoire populaire. Ils sont célébrés tous les ans depuis des plombes, selon des rites bien précis. Pas question de glisser dans cette belle ordonnance quelques poils à gratter.

Un jeune artiste vient pourtant de le faire. Il a peint sur une vitrine de la rue de la Corraterie sa vision de l’événement, autour d’une enseigne lumineuse en pleine action. Et ça décoiffe, voyez-vous. Intitulée «l’Escalade de Raphaël», l’exposition qui se découvre à l’intérieur de la Galerie Latham propose des dessins et des objets de Raphaël Nessim qui revisitent la commémoration historique. On y voit des animaux à drôle de dégaine et aux tons pastel festoyer dans une joyeuse bataille qui ne verra aucun perdant. Ce qui est toujours rassurant.

Cette interprétation libre de l’Escalade est à voir tous les après-midi jusqu’au dimanche 10 décembre. La galerie, sise au 22 rue de la Corraterie, se trouve sur le chemin pour aller admirer les hallebardiers en Vieille Ville ou se positionner pour voir passer le cortège historique. Après, ce sera trop tard.

Pareil pour la Thune du Cœur, soit dit en passant. C’est ici et maintenant. Enfin, jusqu’à fin décembre!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Insouciance des sociétés ou la mort d`un chanteur a succes fait palpiter les coeurs alors que la faim, la misere et la guerre causent chaque jour des tragédies a peine imaginables pour des millions d`humains. Ecce Homo, sans doute.

Écrit par : JJ | 07/12/2017

Couvrez-vous de cendres, JJ. Et trouvez-vous un ermitage sans liaison internet...

Écrit par : Géo | 07/12/2017

Pourquoi renoncerai-je a l`internet, Géo? On n`y trouve pas que des égomanes, savez-vous? Tout a l`heure apres mon repas je vais prendre mon service de chauffeur bénévole pour personnes malades a emmener aux soins hospitaliers (les ambulances sont rares par ici) mais j`aime aussi passer du temps a pratiquer le francais sur un blog comme celui-ci, puisque vivant a l`extérieur de la francophonie. Sans vouloir vous vexer, n`est-ce pas plutot vous qui vivez dans un ermitage, celui de votre égo digitalisé?

Écrit par : JJ | 07/12/2017

Peut-être, mais je ne passe pas mon temps à me couvrir de cendres. Et très franchement, vous devriez vous interroger sur votre idéologie, ou Weltanschauung si ce terme vous sied davantage. L'idée que toutes les vies se valent ne tient pas, surtout que poussée à l'extrême, elle mène à assassiner les médecins qui pratiquent l'avortement dans certains pays des USA. La nature n'est pas égalitaire, tout le monde n'est pas Jean d'Ormesson ou Johnny Hallyday. Des millions de personnes disparaissent dans des circonstances tragiques, c'est vrai. Mais vu l'extraordinaire démesure de la croissance démographique humaine, il faut vous attendre à ce que cela devienne de pire en pire.
De plus, les autres cultures sur cette planète n'attache pas du tout le même prix à la vie humaine que les judéo-chrétiens et leurs descendants. Chez les Africains, les enfants jusqu'à trois ans appartiennent aux Ancêtres. S'ils meurent, c'est que ces derniers l'ont voulu. Et les Africains ne sont déculturés par le christianisme ou l'islam qu'en apparence, pour tromper l'ennemi que vous et moi représentons pour eux.

Nous avons tous intérêt à avoir une représentation du monde qui reste cohérente par rapport à la réalité...

Écrit par : Géo | 07/12/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.