14/12/2017

Pépère, Jules broute l'oseille

Un petit pointage s’impose à mi-course, puisque la Thune du Cœur collecte les dons jusqu’à la fin de l’année. Notez que j’accepte toujours, et avec grand plaisir, l’argent de ceux qui se manifestent lors du changement d’année.

Je pense par exemple au concert de l’An, le rendez-vous classique et chaleureux qui sera donné au temple de la Madeleine par l’Ensemble instrumental Romand. Le principe? On ne paye pas l’entrée du concert, on se régale de belle musique et puis l’on file des sous à Jules en sortant, le cœur et les oreilles ravis. Je parlerai du programme en temps voulu, mais vous pouvez d’ores et déjà noter ce rendez-vous pour le premier jour de l’an 2018.

Il se peut aussi qu’en fin d’année, certaines communes aisées, ne sachant plus trop comment dépenser l’argent qui leur reste, pensent à faire un geste pour la Thune du Cœur. Ce serait une idée formidable. Et drôlement utile!

Même chose pour les banques, les multinationales, ou les détenteurs de grosses fortunes qui ont déjà tout, et plus encore, pour qui un don ne pèserait pas lourd dans leur budget.

Parce que ceux qui ont de plus petits revenus se manifestent. Je pense aux enfants de Chêne-Bougeries, qui ont rassemblé des sous dans une boulangerie; à Tinette, qui vit en Valais, et qui m’a fait parvenir un plein bocal de pièces jaunes; à cette Carougeoise qui dépose chaque année à la réception ses rouleaux de monnaie joliment roulés; à ceux qui les fourrent pêle-mêle dans des sacs plastiques. Avec un mot. Ou sans.

Et puis il y a les fidèles qui donnent selon leurs moyens, avec une constance qui force mon admiration. Plus tous les autres donateurs, à qui je dis merci!

Alors, ce pointage à mi-course? On frise les 28 000 francs, sans compter une superbe cerise que je mettrai bientôt sur le gâteau. Ce dernier sera à partager, faut-il le rappeler, entre Partage, les Colis du Cœur et La Virgule.

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.