09/01/2018

Le sapin, posé ou lancé

Le marronnier du début d’année, c’est l’arbre de Noël abandonné sur le trottoir après usage. Tout sec, tout nu, il sent définitivement le sapin…

Quel gâchis, tout de même! Coupé de ses racines pour divertir un moment nous autres humains, le roi des forêts a trôné au salon, tout enguirlandé et illuminé. Puis il se retrouve, du jour au lendemain, jeté à côté des poubelles. Plus dure est sa chute.

Alors, tant qu’à faire, pourquoi ne pas prolonger sa course folle en procédant à une joute qui a le vent en poupe? Je parle du lancer de sapin, donc! La chose se pratique dans des régions qui n’ont rien de barbare et semble amuser les foules.

Si j’ai bien compris le concept, le but est d’enterrer définitivement les festivités de Noël, tout en prolongeant l’utilité du sapin. Celui-ci se fait alors javelot, ou pierre d’Unspunnen, selon le poids et le volume de l’épineux…

Ce lancer-là n’a rien de sauvage ou d’impulsif. Il se fait lors de compétition réunissant des participants triés par catégorie et par sexe, dans un lieu balisé. Les distances sont mesurées, les records inscrits. À l’occasion de ces réjouissances, des gens se mobilisent parfois pour des causes qui vont de la reforestation à l’aide humanitaire.

Qu’attend-on pour organiser pareil événement à Genève? On fait bien la coupe de Noël, pourquoi pas le lancer de sapin? Et s’il fallait trouver une cause rassembleuse, j’opterais pour la Thune du Cœur, bien sûr! Mais je n’ose pas imaginer le nombre d’autorisations qu’il faudrait quémander auprès de toutes les administrations pour mettre sur pied une telle animation…

A Dardagny, paraît qu’on ne lance pas encore les sapins. Mais les habitants sont invités à venir un jour avec eux pour les brûler et en profiter pour boire un coup. Quelle belle façon de commencer ensemble la nouvelle année autour d’un grand feu de joie bien arrosé!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |