13/02/2018

Luminothérapie pour tous

Vous reprendrez bien quelques rayons dans les yeux? Ça ne peut que vous faire du bien! Paraît que la luminothérapie soulage la dépression saisonnière et l’insomnie.

On dit qu’un être humain serait ainsi requinqué après une demi-heure passée chaque jour devant une lampe spéciale dégageant un spectre lumineux solaire. Sans les ultraviolets…

Or ce qui est valable pour vous et moi ne l’est visiblement pas pour la pelouse d’un stade. Qui plus est celui de Genève! Ces temps-ci, il est aux soins continus, jour et nuit, me signale une voisine qui se trouve aux premières loges.

La chère pelouse hybride de la Praille, la meilleure surface de jeu de Suisse, lisait-on lors de sa pause, est donc toujours en thérapie lumineuse. La faute au vilain champignon qui l’a rendue triste à mourir l’an dernier. Une pelouse jaune, ça fait tache, ça demande réparation, et aussi beaucoup d’entretien.

Des rails lumineux quadrillent donc le terrain et couvent la délicate verdure. Il arrive certes que la prise qui les alimente soit débranchée. Mais depuis le 6 février, le stade est constamment éclairé, comme après Noël. Ce n’est pas tant que cela dérange le sommeil de la dame, le stade étant fermé. Mais c’est l’énorme dépense d’énergie qui fait ici débat. «On ne fait que nous parler d’économie et d’écologie, et là, c’est allumé jour et nuit! Est-ce raisonnable?»

Si j’ai bien compris tout ce qu’on m’a expliqué, on peut pas faire autrement! Un tel traitement s’impose en période hivernale, lorsque la lumière naturelle n’est plus suffisante pour accélérer la sortie des jeunes pousses d’herbe et régénérer ainsi la pelouse.

Mais ce système dévoreur d’énergie ne saurait durer: un projet de pose de panneaux solaires et de pompe à chaleur est à l’étude, pour assurer une énergie renouvelable. Tout ça pour du frais gazon hybride...

Quand on aime, on ne compte pas, c’est bien connu!

07:00 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Commentaires

Les Romains étaient moins idiots, ils se contentaient de sable pour leur cirque et de plus leurs gladiateurs coutaient bien moins que nos artistes de la baballe.

Écrit par : JJ | 13/02/2018

Pouy serait d'acc avec vous Jean. http://www.quandletigrelit.fr/jean-bernard-pouy-a-sec/

Écrit par : Pierre Jenni | 13/02/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.