24/02/2018

La fugue de la station météo

On voudrait l’ignorer qu’elle se rappelle à nous à chaque instant. Elle se faufile entre l’écharpe et le cou; se glisse sous les portes ou les fenêtres mal jointes; gèle les doigts et le nez qui ne sortent pas couverts.
Bref, la bise est là, et ça caille ferme!

Mais ceci n’est qu’une mise en bouche. Un léger apéro avant le plat surgelé qui nous sera servi dès lundi, avec cette masse d’air glaciale qui nous fondra dessus, en provenance de Sibérie. Et là, on ne va plus du tout plaisanter: faudra sortir fissa les chapkas et la vodka, je vous dis pas.

Ce n’est pourtant pas ce vent d’hiver qui a emporté la bonne vieille station météo qui trônait sur la place des Bergues depuis des plombes. Cette colonne d’un autre âge indiquait le temps, l’air ambiant et les distances d’un lieu à un autre. Elle aurait donc dû nous indiquer ces jours une bise persistante.

Mais voilà, elle a disparu lors de la première étape du chantier des Bergues et n’a pas fait son retour. Où se cache-t-elle? se demande Bernard. Dans une propriété privée, à l’abri des regards?

Mais non, voyons! Les biens publics ne se font pas ainsi spolier, dans notre belle ville de Genève. D’après ce que l’on m’a dit, la fugueuse se trouve actuellement bien au chaud dans un dépôt de la Municipalité. Tant mieux pour elle. D’autant que des spécialistes profitent de l’avoir sous la main pour lui refaire une beauté.

Comment se déroule une telle opération esthétique, lorsque la belle est de pierre faite? Eh bien on répare avec doigté la tête du pilier (boule et flèche) qui a subi les dégâts du temps, et on passe le reste le reste du corps à l’hydrogommage. La classe.

Ensuite, il faudra attendre avant de revoir la station météo sur la place des Bergues. Elle ne sera réinstallée qu’à la fin de la deuxième étape des travaux. Avant d’en voir le bout, il faudra encore obtenir les autorisations, lancer le chantier et le terminer. Compter une année au minimum. Avec ou sans bise…

07:00 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

Les commentaires sont fermés.