19/10/2010

Service restreint

Ôh rage, ôh désespoir! Ce qui semblait hier facile devient soudain un vrai casse-tête. Et pourtant, quoi de plus simple, a priori, qu'un déplacement à Lyon? Une Suissesse résidant en France voisine doit s'y rendre pour refaire ses papiers à l'ambassade. Une vraie partie de plaisir en vue. Mais Raymonde veut se la jouer écolo. Pas question de prendre la voiture. C'était la semaine dernière, avant la pénurie d'essence...

Donc, mère et fille optent pour le TGV. Au matin du jour J, Raymonde appelle la gare. Mince! Leur train est supprimé. La faute à la grève. Au bout du fil, une dame à l'accent suisse alémanique lui annonce qu'un autre convoi va à Lyon. Celui de 10 h 58. Faut vous dépêcher! Branle-bas de combat. Et puis non, il est aussi annulé. Dommage. Mais il faut faire vite quand même, pour vous faire rembourser le billet. Une vraie girouette la dame, je vous dis.

La fille arrive de sa campagne ventre à terre. Mais à Cornavin, on lui glisse qu'il ne servait à rien de courir. Quand il y a grève et qu'un train est supprimé, pas besoin de se pointer avant l'heure prévue du départ. On peut venir après pour récupérer ses sous. Les voyageuses éconduites et stressées ont apprécié! Je vous raconte l'histoire car elle peut vous servir: ça coincera encore ferme sur les rails aujourd'hui, et plus si mésentente chez nos voisins français.

Sur le site www.cff.ch/166 , on informe sobrement les passagers: «Veuillez prévoir une durée de voyage plus longue»; «Les correspondances ne sont pas assurées»; «Durée de grève indéterminée». Au final, «il est actuellement déconseillé de voyager». Elle va faire comment, Raymonde?

10:24 Publié dans circulation | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook |  Imprimer | | |

09/10/2010

Perturbations en vue à Genève

Vous voulez rire? Il paraît que dès lundi, ça va être encore pire qu'aujourd'hui, sur le front de la circulation. Profitez de ce week-end pour vous faire du bien. Soyez zen, à titre préventif. Car la semaine qui s'annonce risque de mettre vos nerfs à rude épreuve, si vous devez traverser la ville.

L'avancée du chantier du tram Cornavin-Onex-Bernex va engendrer, nous dit-on, quelques perturbations. Où ça? Existerait-t-il encore un lieu préservé à Genève? Une rue qui ne soit pas éventrée pour un tram, du gaz ou de la fibre optique?

On croyait avoir atteint le sommet, dans le genre crise du trafic. Mais on peut faire mieux, ou du moins varier les plaisirs. Dès lundi, les feux de signalisation seront éteints pour la bonne cause du tram à deux carrefours stratégiques: vers la place des Vingt-Deux-Cantons, pas loin de la gare, et dans le secteur de la route des Jeunes.

Plus de feux, et pas de gendarmes sans doute pour régler la circulation. Ce sera la jungle urbaine dans toute sa splendeur. Prudence! Car plus loin, une autre gâterie est prévue dans la nuit de lundi à mardi. Il y aura basculement du trafic sur les ponts de l'Ile.

Tout ceci, on le sait bien, vise à améliorer la circulation en ville. Mais en attendant, tout le monde en a marre, et ça se sent. Que faire?

Se jeter à l'eau, pardi! Se rendre à la nage au boulot pour éviter les flots d'autos, scooters et autres engins qui pétaradent et bouchonnent.

Les voies lacustre et fluviale présentent tous les avantages par rapport aux voies terrestres. Elles sont silencieuses, larges et peu fréquentées. Sans oublier que l'eau fraîche, ça calme les nerfs! Ça vaut bien toutes les thérapies...

19:24 Publié dans circulation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |

07/10/2010

Un «tourner à gauche» attendu

Sainte Cécile, patronne des musiciens, est fêtée le 22 novembre. Sortez luths et guitares. Mais Sainte-Cécile, c'est aussi une grande avenue, à Meyrin, où quelques habitants grincent des dents. Ce qui est fort peu musical, ma foi.

La raison de la fâcherie? Les travaux. Vous me direz que ce n'est pas difficile d'être irrité contre les trous ou bouchons qui prolifèrent sur les voies publiques. Sauf que là, après le chantier du tram, tout est revenu à peu près à la normale. Tout, sauf un «tourner à gauche» qui a disparu de la circulation, par les bons soins de la Direction générale de la mobilité.

La présélection permettait pourtant depuis longtemps aux habitants de l'immeuble 33-43, avenue Sainte-Cécile de rentrer directement chez eux lorsqu'ils venaient de la cité ou de Genève.

Depuis cette suppression, ils doivent désormais rouler 1500 mètres en plus. Ce serait plus simple si je vous faisais un dessin... Bref, à la hauteur de leur immeuble, les automobilistes continuent tout droit. Puis poireautent au feu de Champs-Fréchets, braquent plus loin, refont le feu dans l'autre sens et arrivent enfin chez eux.

Les locataires ont fait une pétition pour que ce fameux «tourner à gauche» soit rétabli. Les cent signatures n'ont pas suffi. L'Exécutif communal s'est réfugié derrière la DGM affirmant qu'une telle présélection nuirait à la fluidité du trafic. Une résolution vient d'être votée par Conseil municipal pour demander à nouveau ce rétablissement. Toutes ces voix à l'unisson... sainte Cécile en est toute retournée. Vers la gauche?

10:18 Publié dans circulation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook |  Imprimer | | |