L'heure est à la rentrée

Le doute n'est plus permis. On file droit dans la rentrée. Vous avez senti la différence? Eh oui, finies, les vacances! Genève tourne désormais à plein régime, la ville est pleine comme un œuf.

Pleine de gens dans les rues, pressés, affairés, coupés du monde, le nez sur leur IPhone et les oreilles remplies de son. Pas un regard pour les passants. Ou si peu.

Sur les voies de circulation, c'est l'inverse. Place à la compétition: «A moi le macadam!» Chaque catégorie d'usagers de la route se dresse l'une contre l'autre, quand elle ne se livre pas à une guéguerre à l'interne.

Ainsi, les piétons s'élancent pour traverser les routes n'importe où et n'importe quand. Les cyclistes zigzaguent à l'envi entre les piétons et les poussettes. Les motards remontent les files de voitures par la gauche, par la droite. Ils se postent à l'arrêt devant les vélos sur les pistes cyclables et leur mettent des gaz plein le nez. Les voitures se font des queues de poisson pour gagner trois mètres dans la file ou forcent le passage au feu. Au secours!

C'est à se demander si le Code de la route sert encore à quelque chose ici. La mode semble être au «circulez et débrouillez-vous tout seul!»

Alors on va essayer, dès lundi. Sans se tromper, entre les rues réouvertes à la circulation et celles qui vont fermer. Tournez manèges...

Mais surtout, prudence aux alentours des écoles! Levez le pied: des milliers d'élèves et de profs vont reprendre le chemin des cours. Et ça fait du monde sur les routes.

Très belle rentrée à tous!

Les commentaires sont fermés.