Du bikini à la polaire

La Confédération s'est donc fendue vendredi d'un message d'alerte inédit relayé sur toutes les ondes du pays. «Attention aux orages et aux vents très violents attendus dans la journée sur la Suisse romande». C'est grave, Docteur Météo? Il semble que oui.

Du coup, il y a de l'agitation dans l'air. On craint le pire. Les fenêtres des foyers se ferment à toute allure, les enfants qui jouent dehors sont rappelés à la hâte. Les habitants renoncent à sortir comme prévu en soirée et se calfeutrent, en attendant que passent ces intempéries. Avec, peut-être, une pensée émue pour les populations qui fuient devant Irene sur la côte est des Etats-Unis.

Sage principe de précaution que cette toute nouvelle procédure d'alarme en Suisse. Sauf qu'on n'a rien vu venir, au bout du lac. A part des trombes d'eau sur nos têtes et une chute vertigineuse des températures.

Et pan! On s'est pris dans les dents 15 degrés en moins, d'un coup d'un seul. La douche froide! On a troqué le bikini contre la polaire. Rien de bien catastrophique, contrairement à ce que pouvait laisser présager cette alerte «danger naturel».

Pour une première, c'est plutôt raté. On ne va plus les croire, nos météorologues, la prochaine fois qu'ils nous la joueront un peu catastrophique. Eux ne sont pas d'accord, évidemment. Leurs prévisions étaient correctes. C'est juste que le fœhn est venu leur jouer un tour en ralentissant le front des intempéries. Voilà pour l'explication.

Paraît que les températures vont remonter. On le croit? Je le veux!

Les commentaires sont fermés.