plaine, ma plaine...

La parade des éléphants est donc  annulée, snif! «Nous devrions plutôt nous en réjouir» me glisse un petit drôle pour me réconforter. «La dernière fois que des éléphants ont traversé les Alpes, c'était avec Hannibal! Vous ne voulez tout de même pas que le fils Kadhafi revienne à Genève?»

Oh que non, pour tout le pétrole du monde!

Mais les éléphants de Knie... Bon, s'ils me manquent trop, je peux toujours aller les saluer sur la plaine de Plainpalais. Et en profiter pour faire mes adieux à ce qui reste encore de cet espace archiconnu. Car une fois que le cirque aura levé le camp, vers mi-septembre, les travaux débuteront. L'étape 2 des grands chambardements.

«Regarde bien: c'est la dernière fois que tu vois de l'herbe ici!» me dit le copain pucier, en désignant le gazon défraîchi qui joue à cache-cache sous les roulottes des artistes.

Paraît que la tondeuse municipale est venue faire son ultime tour de piste sur la pelouse de Plainpalais mercredi, juste avant l'arrivée des caravanes de Knie.Un moment historique. Car dans quelques jours, il n'y aura plus un brin d'herbe sur la plaine.

Disparue, la chlorophylle au ras du sol. Faudra désormais lever le nez pour en trouver à foison dans les trois rangées d'arbres prévues dans l'étape 3 des aménagements. Si tout va bien.

En attendant, ça va valser ferme. Les marchands et les marchés vont être chamboulés, les piétons poussés sur les côtés, les jeux déplacés. Aïe aïe aïe...

Paraît aussi qu'il faut souffrir pour être belle! Pas vrai, la plaine?

Commentaires

  • Est-ce qu'il y a un plan de relogment des ROMs ?

Les commentaires sont fermés.